Publié le :

Sur la route de Vegas

#Évènement #Startup #International

Le  CES qui se tient tous les ans à Las Vegas, s’est tenu cette année du 9 au 12 janvier 2018. Cet évènement est devenu en cinquante ans, le salon le plus important consacré à l’innovation technologique grand public. Pour l’édition 2018, le CES a réuni plus de 4 000 exposants  et plus de 600 start-up du monde entier. Trois de nos start-up étaient présentes : Interactive Mobility, Groupeer et Sensego.

 

  • Interactive Mobility   développe des solutions digitales de divertissement à bord des moyens de transports tels que le transport aérien, ferroviaire ou les VTC.
  • Groupeer a mis en place une solution de comptage instantané pour sécuriser les sorties en groupe. Ce dispositif utilise des bracelets d’identification, connectés à une application mobile pour l’accompagnateur.
  • Sensego aide les entreprises du secteurs touristiques, les banques et les médias à détecter les intentions d’achat et consommation de contenu avant Google, Amazon, Booking et Facebook grâce à leur solution de marketing prédictif mobile.

 

Nous avons donc interviewé Sébastien Tremey (Co-fondateur de Groupeer), Tanguy Morel (Co-fondateur d’Interactive Mobility) et Teimour Daly (Co-fondateur de Sensego) afin d’avoir leurs points de vue sur le CES ainsi qu’une vision interne de ce salon.

 

Quelles ont été vos motivations pour aller au CES ?

Groupeer : « Nous avons gagné le Airport Startup Day organisé par Aéroports de Paris, ce qui nous a permis d’obtenir un package visiteur au CES pour deux personnes comprenant le billet d’avion, le pass visiteur et l’hôtel les quatre jours du salon. Nous voulions aussi être exposant au CES et notre partenaire Transdev nous a offert cette opportunité.»

Interactive Mobility : « Aéroports de Paris nous a proposé d’assister au CES et a financé une partie des frais liés au salon. De plus, c’était l’occasion pour nous d’y participer suite au lancement de notre nouveau produit mais aussi pour des raisons d’internationalisation de nos services. »

Sensego : « Nous avons eu nous aussi une proposition d’Aéroports de Paris pour les accompagner au CES. Mais notre présence sur ce salon était également lié au faite que nous désirions plus de visibilité auprès de clients et investisseurs potentiels. Nous étions sur le stand de Paris Région Entreprise qui regroupent plusieurs grand groupes et plusieurs start-up comme Interactive Mobility. »

 

Quelles opportunités ou expériences cela vous a apporté ?

Groupeer : « Nous avons eu l’opportunité de rencontrer d’autre transporteurs (autocaristes) ainsi que des prospects français et américains avec lesquelles nous sommes désormais en contact. »

Interactive Mobility : « Les échanges que nous avons eu ont été très riches car cela nous a permis de collecter beaucoup d’informations sur l’écosystème, sur les innovations grâce à des rencontres avec des pairs mais encore des clients ou des investisseurs. Suite au CES, nous avons une trentaine de contacts pertinents dont un tiers de prospects, un tiers de fonds et un tiers de potentiel partenaires tel que Aeroméxico. »

Sensego :  « De notre côté, nous avons eu une cinquantaine de nouveaux contacts dont 10 qualifiés et 5 fonds avec des prospects de bons niveaux. Suite au CES, nous avons 3 rendez-vous clients en France mais aussi un approfondissement des relations avec certains clients. »

 

Quel a été le moment le plus marquant du CES ?

Groupeer : « Le moment le plus marquant du CES est notre rencontre avec Hervé Morin, le président de la région Normandie et vice-président des régions de France, à qui nous avons présenté notre solution, qu’il a beaucoup apprécié. Oui, il n’est pas forcément nécessaire de partir aussi loin pour rencontrer Hervé Morin ! »

Interactive Mobility : « Je dirais le soirée d’ouverture avec le spectacle de drone d’Intel au Bellagio. Mais plus sérieusement, la visite de Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France. »

Sensego : « La première journée était assez impressionnante avec le passage de toutes les délégations qui comprennent des Directeurs Généraux ou des Directeurs de l’innovation de groupes et des hommes politiques de différents pays. »

 

Quel mot ou hashtag décrit le mieux votre expérience ?

Groupeer : « *Après une longue recherche* #SmartCity »

Interactive Mobility :  « #FranceIsBack parce que à l’Eureka Park il y avait un nombre impressionnant d’entreprises françaises dont les innovations sortaient du lot. »

Sensego : « #FrenchTech car elle se porte bien et que nous pouvons tous en être fiers. »

 

Quels conseils donnerez-vous à des startup désireuses de se rendre au CES l’année prochaine ?

Groupeer : «  Je conseillerais aux futurs start-up d’y réfléchir à deux fois car c’est un coût et c’est difficile de se faire repérer (il y a beaucoup de start-up à Eureka park). Il faut y aller avec un objectif clair et précis afin de s’y préparer au mieux. »

Interactive Mobility : « D’abord bien se préparer comme n’importe quel salon. Apporter une bonne paire de basket ! Et se préparer à l’easy chat à l’américaine car on peut faire des rencontres partout pas seulement au sein du salon, toute la ville est une énorme convention. Il faut aussi prévoir de la connectivité car le Wi-fi et la 4G ne marche pas bien et ça peut poser certains problèmes au niveau des présentations.

Sensego : « Il faut bien préparer sa présence pour avoir plus de visibilité, un  peu comme un show. Savoir aussi qui est présent et qui va passer sur le stand. Mes tips: ne pas manquer les visites de groupe et les visites en groupe d'entreprises. Il faut aussi avoir une présence efficace, donc être au moins 2 ou 3 pour ne pas se retrouver seul sur le stand. Et il faut roder son pitch soit sous format de 30s ou de 2 minutes. »

 

Partager sur :

Lire aussi #Évènement, #Startup, #International

Comment optimiser votre référencement SEO ? (partie 1)

propulsé par Incubateurs

Comment apparaître dans le top 3 des sites proposés par Google ? Comment devenir le site web le plus pertinent ? Une seule réponse : travailler son référencement naturel, travailler son SEO. Oui mais comment ?

Nous vous proposons deux articles pour approfondir le sujet :

  • Le premier vous indiquera comment soigner votre rédaction web.
  • Le deuxième vous permettra de travailler la structure de votre site. (à venir)

 

Tout d’abord, il est important de noter que Google a évolué. Il n’est plus exactement un moteur de recherche mais un moteur de réponse. N’avez-vous pas remarqué que lorsque vous recherchez “météo”, il ne vous indique pas la définition du mot météo mais la météo actuelle là où vous vous situez ?

Vous devez donc vous adapter à cette vision pour augmenter le trafic sur votre site, surtout si vous êtes en B2C ! En B2C, Google est la référence ! En B2B, vous pouvez encore vous référer aux “anciennes” normes (répéter dans votre contenu le mot recherché, créer un maximum de liens qui pointent vers votre site…) car la plupart des entreprises utilisent encore Bing, par exemple. Suivant votre business, vous devez vous adapter aux demandes du SEO concerné.

Louis Chevant fondateur de SmartKeyword*, intervient régulièrement auprès de startups incubées chez Paris&Co sur ce thème. Dans cet article, il vous livre les trois points importants pour créer un site attractif qui génère du chiffre d’affaires grâce au SEO.

Que mettre dans le pacte d'associés ? Les 5 clauses phares

L’un des contrats les plus importants dans la vie de votre entreprise est le Pacte d’Associés. Vous en avez mis un premier en place (ou pas) lors de la création de l’entreprise entre fondateurs, puis d’autres pactes seront nécessaires lorsque des investisseurs entreront dans votre capital.

Étonnement, ce document n’est pas obligatoire (contrairement aux statuts), bien que les désaccords entre associés soient l’une des premières causes d’échec pour une startup !  De fait, il vous est fortement recommandé d’en mettre un en place. Mais quelles clauses devriez-vous intégrer à votre pacte d’associés?

Serge Rosenzweig, avocat spécialiste des startups aux barreaux de Paris et de New York, intervient régulièrement auprès des startups de Paris&Co pour répondre à leurs questions sur les erreurs juridiques à éviter. Voici les 5 clauses, souvent méconnues mais pourtant utiles, qui pourront vous sortir de situations complexes.